L'entraide, un moyen naturel de progresser ? - HypnoForm.fr

Développement personnel

L’entraide, un moyen naturel de progresser ?

on

https://www.youtube.com/edit?o=U&video_id=Ncpk4qDhoKI

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons voir en quoi l’entraide est non seulement naturelle mais nous élève également.

Comme à mon habitude, pour illustrer ce propos, je vais vous raconter une petite histoire.

Comme beaucoup d’anecdotes sur ce site, celle-ci est arrivée lors de la semaine de méditation dans le Cantal (cf vidéo de la genèse du projet ici).

Un soir, j’observais pendant une heure, peut-être plus, un groupe de fourmis, un très grand groupe, je ne pouvais pas les compter que ce soit des centaines ou des milliers peut-importe, ce que je sais, c’est qu’il y en avait beaucoup sur 5 mètres de longueur. Elle circulait d’un point A à un point B et communiquaient en se touchant les pinces. L’espace entre chacune était très très serré. C’était comme ci il y avait un mur de fourmis.

Puis, un autre insecte, un gendarme, insecte rouge et noir, au moins 5 fois plus grand que ces fourmis souhaitait traverser ce chemin de fourmis. Alors il se rapprochait petit à petit, mais jamais à moins de 5 cm du banc de fourmis. Cette situation me faisait sourire car il tentait sa chance à plusieurs reprises sans vraiment la saisir. Il se rapprochait, flairait si cela pouvait le faire, hésitait puis finalement ne prenait pas le risque alors il faisait un mètre de plus ect… Au final, ce dernier a du parcourir les quelques mètres pour contourner le banc des minuscules fourmis. Pour autant, il paraissait géant à coté de ces fourmis mais l’union soudée de ces dernières, le dissuadait de forcer le passage.

Je me m’y alors à penser que la force de l’union d’un groupe ou d’une société pouvait faire face à n’importe quel géant qui lui, était seul. De l’entraide des fourmis à l’intérieur de ce groupe, dépendait la survie du groupe et de l’espèce.

Ainsi je me rappelais un des cours en hypnose où un des formateurs nous avait fait une métaphore comme quoi le monde, l’ensemble des être humains, était un ensemble de maillons qui sont liés les uns et les autres. Mais que la société actuelle avait commencé par briser ces liens en créant des pays, des religions puis en favorisant les réussites individuelles au dépend du groupe et enfin tenter de briser les liens familiaux. Tout cela me faisait sourire, était-ce ma croyance induite par le cours d’hypnose qui me créait cette réalité et interprétation des fourmis (cf article sur l’illusion ici) ? Je ne sais pas… Quoi qu’il en soit, la croyance dans l’importance de l’union et de la communion entre les espèces devient de plus en plus forte. Cette croyance ce renforçant, je veille à appliquer cette idée d’union dans la vie de tous les jours.

Par ailleurs, le hasard faisant bien les choses, lorsque je suis rentré chez moi, un livre « Biologie des Croyances » de Bruce H.Lipton m’attendait (résumé ici). Dès le premier chapitre, je pu faire des liens avec mes observations et cours d’hypnose. Bruce Lipton est un Biologiste cellulaire de renommé. Il porte l’objet de son premier chapitre en montrant les limites de la théorie de Darwin selon laquelle la survie des espèces n’est que lutte entre individu pour survivre. Au contraire, Bruce Lipton montre à quel point il est important, pour la survie des cellules, de coopérer pour survivre. Pour cela, il part de l’arrivée des premiers organismes vivant sur terre composés d’une seule cellule à nous, organisme multi cellulaires composés de milliers de milliards de cellules. Pendant ce chemin, l’auteur montre comment il est profitable aux cellules de se lier entre elles. En effet, les cellules individuelles ont des limites. Au début, pour s’adapter, les cellules agrandissaient leur membrane pour s’adapter, mais ces membranes ont des limites comme un ballon de baudruche a les siennes. Ainsi,  les cellules se sont regroupées puis spécialisées. Par exemple, il y a des sous groupes qui composent  le système nerveux, les muscles, les neurones,le sang…Cette répartition des tâches est un réel gain d’énergie, comme le travail à la chaîne où chaque groupe a une spécialisation. C’est grâce à cette spécialisation, que les entreprises ont très bien compris, qu’une voiture peut-être assemblée en 1 heure alors qu’il faudrait quelques semaines pour un homme seul. Et comme pour les cellules, c’est la coopération entre les être humains qui fera que l’entreprise survivra et pour aller plus loin, il en va de la coopération entre les êtres humains que la civilisation survivra.

De surcroît, suivant la théorie de Timothy LENTON, la Terre serait un ensemble de cellules dans lequel chaque organisme est inter dépendant des autres. Et, à chaque fois que les groupes de cellules s’unissent, elles lient leur connaissances, deviennent de fait plus consciente de leur environnement et par conséquent assure leur survie dans les meilleurs conditions.

D’ailleurs, lorsque il était professeur en faculté de médecine, Bruce Lipton tenta l’expérience avec ses élèves sous ce principe. Au lieu de placer les élèves en concurrence, comme il est classique de le voir en école de médecine, Lipton choisi de promouvoir l’entre aide, les plus forts aidant les plus faibles. Au bout des quatre années, il s’est avéré que non seulement l’écart de points entre les premiers et les derniers étaient très faible et qu’en plus les médecins étaient plus compétents que ceux des autres écoles car chacun profitait des connaissances des autres venant de fait, enrichir leurs propres compétences.

C’est ce principe d’entraide que j’ai appliqué au sport. En effet, j’ai toujours voulu que les jeunes atteignent mon niveau et je suis fier de leur dire lorsque ils progressent et me mettent de plus en plus en difficulté. Etant dans des clubs où peut de gens sont à haut niveau, je n’ai pas beaucoup de partenaires avec qui je peux m’entraîner durement. Alors si en plus de cela, je pense qu’à moi et les violente, d’une part ils ne progresseront pas et donc ne me mettront pas en difficulté, donc je ne progresserai pas et d’autre part ils ne voudront plus croiser les gants avec moi et je me retrouverai tout seul. Alors que si je les aide, ces derniers par leur progression, me forceront à augmenter mon niveau pour rester le devant eux et je progresserai également. Sans compter le plaisir que l’on éprouve lorsque l’on voit une personne progresser un peu grâce à nous. C’est de l’ego mais on s’attribue inconsciemment une part de leur réussite et c’est tant mieux.

Dans le monde de l’entreprise, cela arrive que certaines personnes aient peur d’aider leurs confères à progresser de crainte de se retrouver moins compétant ou de se faire prendre leur place. Or l’intention sera dans ce cas basée sur la peur et les conséquences à long termes ne seront pas celles attendues.

De plus, lorsque une personne vous remercie, vous sentez vous aussi un sentiment gratifiant vous envahir. C’est ce que je raconte aux jeunes en décrochages scolaires « tu ressens plus de plaisir quand tu brûles une voiture ou quand tu aides une grand mère à monter ses sacs de courses au 5ème étage ? »

Enfin, on retrouve la notion de Mastermind, qui selon Napoléon HILL, reprend également ce principe. Le mastermind est un groupe de personne ayant la même vision du monde qui se regroupe assez souvent pour échanger sur des projets. Chaque individu dans le mastermind, bénéficie de l’intelligence des autres ‘l’intelligence collective » pour faire avancer son projet. Et tous les membres du groupe progresse à vitesse grand V grâce à cette intelligence collective. Des personnes célèbres telles Henry FORD, ont très bien compris ce principe. A noter que votre premier mastermind commence par votre couple !

 

Défi pour vous

A vous aussi, je vous demande d’expérimenter de contribuer à votre entourage gratuitement, sans attendre quelque chose en retour car c’est l’attente qui fera que vous serez déçu. Aidez les autres pour vous et non pour eux, pour vous faire plaisir vous et vous verrez à quel point c’est gratifiant. N’ayez pas peur de vous faire dépasser par les personnes que vous aidez à progresser. Au contraire, soyez fier de les voir devenir plus grand grâce à vous. Une fois, un vieil homme de 92 ans ayant fait fortune dans l’industrie m’a dit « le devoir d’un homme est d’avoir rendu ce monde meilleur avant de mourir ».

 

Si vous pensez que cet article peut-être utile à une personne de votre entourage, sentez-vous libre de le partager !

About Pierre

Praticien en Hypnose & Coach spécialisé en Neurosciences - Membre de l'Equipe de France de Savate Boxe Française 2014 & 2015